• Justine

.


Les Éditions de l'Observatoire


Salomé Baudino a 26 ans. Le Syndrome des coeurs brisés est son premier roman.


De nos jours, un logiciel bouleverse les mœurs du monde moderne : le programme informatique TimeWise propose à ses utilisateurs de connaître la date exacte de la fin de leur histoire d’amour.

Victor et Lola forment un jeune couple idéaliste, fous amoureux l’un de l’autre. Par envie pour l’un, par moquerie pour l’autre, ils y ont recours. Avant de découvrir, stupéfaits, qu’il ne leur reste que deux mois avant de se séparer.

Quelle est la meilleure façon de vivre les derniers jours d’une histoire d’amour ?

Salomé Baudino nous plonge dans l’histoire d’amour contrariée d’un couple hautement attachant, tout en se moquant avec malice et intelligence des travers de notre époque.


MON AVIS


Dans cette histoire, nous suivons Victor et Lola qui forment un couple idéal jusqu'à ce qu'un logiciel à la mode appelé Timewise leur prédise leur rupture imminente... Que faire tout en sachant que toutes les prédictions se réalisent ?


Et là, on pourrait s'imaginer que Victor et Lola vont tout faire pour contrer la machine et son résultat funeste. Mais non, ils vont même tout faire pour précipiter cette rupture. Puis tenter de l'accepter quand même. Ce couple, il faut le souligner est un peu gnangnan, ils en sont presque agaçants dans leur inaction. « Pourquoi dépendre de l'énergie de la conquête lorsque l'on s'aime sans avoir à se surprendre ? ». Victor surtout, prof de piano en dilettante qui ne fait rien de sa vie, si ce n'est regarder le plafond et penser à son couple.


Un peu déçue car je n'ai pas du tout accroché à leur couple, j'aurais preféré les voir séparé dès les premières pages, qu'ensemble !


Cela reste un bon livre sur les comportements humains, notre société et la technologie trop présente dans nos vies.



CITATIONS


« Tomber amoureux, c'est n'avoir pas vu que le temps s'arrête »


« Il avait projeté sur elle ses attentes, ses espoirs et ses désirs. Elle avait été le grand écran de sa vie. Il était logique qu’elle en devienne le générique de fin, aussi. »


« Ce qu’aurait aimé Victor de Lola, à ce moment précis, il ne le savait pas. S’ils avaient été si heureux, c’est qu’ils avaient vécu l’amour, sans attendre, sans aller chercher quelque chose, mais par satisfaction, en se satisfaisant de tout d’ailleurs, chaque mot prononcé par l’autre avait été une proposition artistique approuvée, un Power-Point flamboyant. »


Vous pouvez le trouver ici

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

.

.

.