• Justine

.


Éditions Stock


Écrivain traduit dans le monde entier, Philippe Claudel est aussi cinéaste et dramaturge. Il a notamment publié aux Éditions Stock Les Âmes grises, La Petite Fille de Monsieur Linh, Le Rapport de Brodeck, L’Arbre du pays Toraja et L’Archipel du Chien. Sa troisième pièce, Compromis, sera créée à partir de janvier 2019 par Pierre Arditi, Michel Leeb et Stéphane Pézerat au Théâtre des Nouveautés à Paris, dans une mise en scène de Bernard Murat.



Philippe Claudel cite en exergue le si réaliste Thomas Bernhardt : « L’Allemagne a une haleine de gouffre. » Terrible formule qui trouve sa réalisation dans ce roman décomposé où les personnages reviennent, comme dans une ronde que même la mort ne peut interrompre. Un soldat (un déserteur ? un rescapé ?) croit trouver refuge et trouve la fin. Un homme âgé ressasse un passé qui n’en finit pas, et l’on apprend qu’il est le père de Viktor. Qui est Viktor ? Un soldat ou un salaud, ou les deux ? Une fille mal dégrossie, cruelle, maltraite le pensionnaire d’un hospice, mais qui est le plus cruel d’entre eux, puisque l’homme si paisible chantonne à son heure des marches nazies ? Le peintre expressionniste allemand Franz Marc est-il mort à Verdun en 1916 ou au contraire au cours de l’Aktion qui élimina les handicapés physiques et mentaux ? Qu’est-ce que la petite (« die Kleine ») va faire du cadavre carbonisé couché en gisant dans l’usine où elle s’égare et joue ?


MON AVIS


Dans son dernier livre Philippe Claudel nous revient avec cinq nouvelles qui se passent dans une Allemagne de fin de guerre et suite, d'où son titre, et semble avoir comme fil conducteur, Viktor. Un Viktor, bourreau SS de la seconde guerre mondiale, un Viktor employé d'hôpital psychiatrique, etc.


Sujet qui hante Philippe CLAUDEL, « qu'aurais-je fait si j'étais embarqué dans ce tourbillon d'horreur » qu'à été la 2ème guerre mondiale, aurais-je suivi ou pas, serais-je devenu bourreau ou pas, un simple témoin ou un résistant ?


Je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce livre, je l'ai trouvé un peu flou, je n'ai pas réussi à rentrer dans ces différentes nouvelles.


CITATIONS


« Était-il coupable ? Coupable d’avoir obéi ? Ou coupable de ne pas avoir désobéi ? Lui n’avait fait que suivre. »


« Les deux Allemagnes n'en faisaient plus qu'une depuis cinq ans. Les communistes étaient devenus libéraux mais les pauvres étaient restés pauvres. On n'y comprenait pas grand-chose. »


Vous pouvez le trouver ici

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

.

.

.