• Justine

.



Editions Gallimard


Alix Ohlin est une romancière et nouvelliste canadienne. Elle est née et a grandi à Montréal, au Québec, et vit actuellement à Vancouver, en Colombie-Britannique.



Lark et Robin sont demi-sœurs, profondément di érentes et pourtant très liées. Tandis que Lark, l’aînée, est réservée et studieuse, Robin a un tempérament farouche et artistique a rmé. Elles sont élevées à Montréal par une mère célibataire distante chérissant plus que tout sa propre indépendance. Le lien entre les deux sœurs n’en est que renforcé. Lark excelle dans ses études et développe un intérêt pour le cinéma et l’art du montage en particulier ; Robin quant à elle se découvre un incomparable talent pour le piano. Lorsque Lark part faire ses études aux États-Unis, sa sœur ne tarde pas à la rejoindre.

Leur vie à New York les met cependant à l’épreuve. Lark alimente son goût pour les films documentaires auprès de professeures inspirantes sans pour autant trouver sa voix propre et doute de ses capacités de réalisatrice. Robin de son côté est acceptée à la prestigieuse école Juilliard mais lutte avec ses enseignants qui la brident et n’aspirent à faire d’elle qu’une pure technicienne. Sous cette pression, leurs chemins divergeront radicalement. Pourtant, des années plus tard, le destin les réunira de façon inattendue.



MON AVIS


Lark, la narratrice est très proche de sa demi-soeur Robin de quatre ans sa cadette d'autant que leur mère vit sa vie loin des obligations maternelles. Lark va donc servir de mère de substitution. Les deux fillettes sont différentes, physiquement mais surtout de caractère, Robin brille et attire l'attention alors que Lark malgré une réussite scolaire reste en retrait. Pour autant ses compétences vont lui permettre de prendre son envol et s'éloigner un temps de sa soeur et exister par elle-même.

La maternité et les relations filiales sont au coeur de ce roman. Leur complexité, leur intensité, leur déséquilibre parfois, rien n'est oublié.


Malgré un très beau sujet qu'est la famille, la parentalité, j'ai eu cette impression de longueurs à certain moment du récit. L'histoire manque un peu de rebond sur la deuxième moitié du livre, et j'aurais adoré que Robin se dévoile davantage, elle reste froide, assez difficile de s'y attacher...



CITATIONS


« Nous étions deux héroïnes tragiques, détruites par l’amour mais unies par un lien indéfectible. »


« En grandissant, ma sœur devint une fillette délicate et rêveuse, qui avait hérité de Bob ses pommettes hautes – sioux ou non – et de notre mère sa chevelure noire brillante. Elle avait l’air un peu perdue, même quand elle savait très bien où elle était. Les gens aimaient lui faire des cadeaux : il lui arrivait de revenir à la maison avec une boîte de pâtisseries ou un assortiment de fromages dans un sachet, que quelqu’un lui avait mis entre les mains. Comme nous avions généralement faim, j’étais toujours ravie de découvrir ces cadeaux. Marianne s’était remise à voir des hommes, et souvent ne rentrait pas avant que nous nous soyons endormies. Le matin, tout en se préparant pour le travail, elle nous racontait où elle était allée : un restaurant, une fête, une soirée au théâtre. Ses histoires étaient teintées de glamour et de méchanceté : quand elle parlait des gens qu’elle avait croisés, elle les taillait en pièces. Elle voulait nous faire comprendre que rien ne lui échappait. »


Vous pouvez le trouver ici

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

.

.

.