• Justine

.

Mis à jour : 24 sept. 2019


Éditions ZONES


Mona Chollet est journaliste au Monde diplomatique. Elle est notamment l’auteure de Beauté Fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine et de Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique (Zones, 2012 et 2015)


Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?

Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.


Mon avis


Dans cet essai captivant, Mona Chollet revient sur la figure de la sorcière, brulée parce que trop instruite, trop indépendante, trop effrayante et dangereuse. L'auteure met en lumière le poids des générations successives qui influence nos perceptions du désir d’enfant, de la vie de couple, ou de la beauté des femmes. Avec beaucoup de justesses elle montre l’impact des préjugés historiques sur nos conceptions contemporaines. Ce livre ne m’a pas laissé indifférente, il est passionnant, fourmille d’informations, de références, et de réflexions. Il est super bien écrit, les exemples tirés sont de parfaites illustrations de nos vies quotidiennes.


Ps : Ne vous arrêtez pas à l’introduction. Je l’ai trouvé particulièrement longue, mais une fois lue, le livre se dévore !


Citations :


« Et si elles souhaitent (ndlr : les femmes) mener de front vie familiale, vie personnelle et vie professionnelle, il y a de gros risques pour que la maternité les pénalise dans leur parcours, quand la paternité ne nuit en rien une carrière ou à une vocation. »


« De nos jours, rien n’est plus mensonger que cette étiquette « pro-vie » dont s’affabulent les militants anti-avortement : un grand nombre d’entre eux sont aussi favorables à la peine de mort ou, aux Etats Unis, à la libre circulation des armes (plus de 15000 morts en 2017), et on ne les voit pas militer avec autant d’ardeur contre les guerres, ni contre la pollution, dont on estime qu’elle a été responsable d’une mort sur six survenues dans le monde en 2015. »


« La « vie » ne les passionne que lorsqu’il s’agit de pourrir celle des femmes. Le natalisme est affaire de pouvoir, et non d’amour de l’humanité. »


Susan Sontag « On n’imagine pas une femme de quatre-vingt-dix ans se faire photographier comme lui en plein air, dans sa propriété du sud de la France, vêtue seulement d’un short et de sandales. » (ndlr : en comparaison à Pablo Picasso)


« En France, jusqu’en 2006, l’âge légal du mariage était de dix-huit ans pour les garçons, mais que quinze ans pour les filles. »


« Si les chasses aux sorcières ont particulièrement visé des femmes âgées, c’est parce que celles-ci manifestaient une assurance intolérable. Face à leurs voisins, aux prêtres ou aux pasteurs, et même face aux juges et aux bourreaux, elles répondaient, écrit Anne L. Barstow - « elles répondaient, à une époque où on attendait de plus en plus des femmes qu’elles se montrent soumises.


« La société assigne aux femmes et aux hommes des domaines de compétence très différents, et très différemment valorisés, de sorte que les premières se retrouvent plus souvent en situation d’être bêtes. »


« De façon frappante, la médecine concentre aujourd’hui encore tous les aspects de la science née à l’époque des chasses aux sorcières. »


« Florence Montreynaud « Les organes féminins sont jalonnés de noms masculins » tels des drapeaux plantés sur les diverses parties de notre anatomie. »


Recommandations : I Am Not A Witch (2017) de Rungano Nyoni


Vous pouvez le trouver ici

JE VOUS LE RECOMMANDE 1000 FOIS

52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

.

.

.